POUVOIR D’ACHAT DES SALARIES BNP PARIBAS : SI ON EN PARLAIT

Pas encore de commentaires

POUVOIR D’ACHAT DES SALARIES BNP PARIBAS : SI ON EN PARLAIT

 

Alors même que François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque De France et ex Directeur Général délégué de notre entreprise table sur une inflation très forte en 2022 à   5,6 %, qui reviendrait, d’après ses dires (Le Figaro du 21/06/2022) à 3,4 % en 2023 puis à 1,9 % en 2024, la Direction de BNP Paribas reste sourde aux demandes de FO Banques BNP Paribas.

Depuis de nombreux mois maintenant, FO Banques BNP Paribas demande une revalorisation générale des salaires à 2 chiffres, ainsi que le versement d’une prime complémentaire à tous les salariés.

La plupart d’entre vous n’ont pas oublié la NAO (Négociation Annuelle Obligatoire) de l’année dernière, qui s’est soldée par une augmentation de 0,6 %, alors même que dans les jours qui ont suivi, la Direction annonçait un plan de rachat d’actions de 900 millions d’Euros.

Aujourd’hui, c’est l’accord d’intéressement qui est renégocié. Il semblerait encore une fois que les dernières propositions de la Direction ne soient pas si claires que cela et qu’une étude approfondie du mode de calcul doit être menée avant toute signature.

L’Organisation Syndicale majoritaire aime à mettre en avant sa possibilité de signer seule tous les accords. Elle ne doit pas oublier que cela lui donne également des obligations vis-à-vis des salariés et notamment celle de prendre ses responsabilités pour protéger ces derniers. Elle doit également s’opposer à la Direction, en refusant parfois de céder au chantage du : « si vous ne signez pas, les salariés auront moins ».

En effet, la Direction aussi doit prendre ses responsabilités et faire en sorte que les bons résultats de BNP Paribas ne profitent pas toujours aux mêmes (les actionnaires par exemple, à qui sont versés 60 % des bénéfices de BNP Paribas). La fameuse politique RSE doit aussi passer par le « S » de cet acronyme qui veut dire « Sociale ».

La colère gronde chez les travailleurs. Certaines Caisses du Crédit Agricole ont débrayé et obtenu gain de cause sur leurs revendications. Actuellement nos collègues de Personnal Finance sont en grève pour une augmentation de leur rémunération et une distribution plus équitable des résultats.

A l’approche de l’été, le moment serait mal choisi pour lancer une quelconque action. Mais la rentrée pourrait être plus agitée que prévu.

FO Banques BNP Paribas aimerait connaitre vos sentiments sur ce sujet. Si vous voulez vous exprimer, envoyez-nous vos idées, vos attentes, vos motivations, vos « ras le bol », et même nous rejoindre, pour que demain soit différent !