Lettre au Directeur Général

Pas encore de commentaires

Lettre au Directeur Général

Monsieur le Directeur Général,

 

La France est touchée par une crise sanitaire importante qui ne faiblit pas. Le Président de la République a décidé le 17 mars d’un confinement national afin de protéger la vie des Français.

Nous avons vu notre entreprise s’adapter à la situation et avons pu constater que nous avons deux catégories de salarié.e.s. Ceux pouvant faire du télétravail ou du travail à domicile et les autres toujours dans l’obligation de se déplacer et cela dans plusieurs domaines (les agences, BDDF Opérations et Pôles et Fonctions).

Concernant la seconde catégorie, ils sont présents et pour certain.e.s dans des régions plus touchées que d’autres, à savoir : Le Grand Est, l’Oise et la Région Parisienne. Ces salariés font preuve d’un courage exemplaire et craignent chaque jour pour leur santé et celle de leurs proches.

Depuis le début de cette crise, les Organisations Syndicales participent à des Call Conférence avec la Direction, représentée par la Responsable Sociale Groupe. Ces réunions ont permis de faire le point sur de nombreux sujets et de faire remonter les attentes des salarié.e.s, leurs inquiétudes et leurs peurs.

Les demandes de FO Banques BNP Paribas ont toujours été basées sur la sécurité des salarié.e.s. La machine a eu un peu de mal à se mettre en route par manque d’anticipation de la situation. Plusieurs sites n’ont pas eu immédiatement les moyens ni le matériel nécessaire pour lutter efficacement contre l‘épidémie et ses effets néfastes.

Nous avons eu malheureusement connaissance de plusieurs cas avérés au sein de notre entreprise et nous avons pu faire en sorte qu’ils soient traités correctement.

Face à l’urgence, il a fallu réagir vite et mettre des dispositifs en place. FO Banques BNP Paribas tient à remercier les équipes du service informatique, qui, sans compter leurs heures ont permis la mise en place de solutions nécessaires, permettant à certain.e.s salarié.e.s de pouvoir travailler à domicile, tout en préservant la sécurité de notre Système d’Informations des attaques extérieures.

Nous avons également rapidement constaté un plan de continuité d’activités (PCA) absent ou non à jour, ce qui a occasionné une perte de temps dans la réorganisation du réseau d’agences pour garantir la sécurité des salarié.e.s.

A notre grand regret, dans les agences, les salarié.e.s ont dû subir ces dysfonctionnements, jusqu’à la mise en place de décisions évolutives. La classification en différents types d’agences, a permis aux salarié.e.s de travailler dans de meilleures conditions, sans pour autant supprimer la totalité des risques et apaiser leurs inquiétudes.

Il est certain que cette crise sanitaire a tout bouleversé, y compris notre réactivité devant une situation à laquelle nous n’avions pas pensé ni jamais été confrontés.

Cependant, nous ne pouvons pas accepter certaines réponses qui nous ont été apportées, pas plus que certaines décisions prises sans consultation des acteurs syndicaux de notre entreprise.

Nous pouvons en citer quelques-unes, à savoir :

1 – La décision unilatérale de la Direction d’imposer dans un premier temps 7 jours de repos pendant le confinement, sous forme de RTT ou CET, puis de nous annoncer le 20 avril, que vous allez rajouter 3 jours, ce qui fera un total de 10 jours, les acteurs du dialogue social auraient pu apporter des idées, des solutions et surtout garder la confiance des salarié.e.s.

2 – La décision de supprimer les tickets restaurant aux salarié.e.s travaillant à domicile, bénéficiaires en temps normal et en contradiction avec la législation de l’URSSAF.

3 – La décision de ne pas rembourser les frais kilométriques des salarié.e.s qui se déplacent avec leur propre véhicule par manque de transport en commun.

4 – La difficulté à faire installer des plexiglass dans toutes les agences, pour protéger les salarié.e.s en période de grande affluence, comme par exemple le paiement des prestations sociales.

5 – Nous regrettons le manque de bienveillance de certains managers qui, pendant cette période ont continué à mettre la pression sur les salarié.e.s.

6 – La décision de ne pas procéder au paiement des dividendes conservés en réserve et d’appliquer l’accord d’intéressement en cours induit une diminution du montant qui sera versé aux salarié.e.s. La solution de conserver le montant initial n’aurait pas mis notre entreprise en péril, là aussi il s’agit d’une décision unilatérale.

7 – Suite à l’annonce du gouvernement concernant la prime MACRON, FO Banques BNP Paribas souhaite que le montant que vous allez verser aux salarié.e s soit significatif et surtout en adéquation avec le travail, l’implication et la conscience professionnelle dont ils ont fait preuve. Les salarié.e.s jugeront si la récompense est à la hauteur des risques encourus.

La banque a une forte importance dans la vie économique du Pays, les élus F0 Banques BNP Paribas en sont conscients et restent persuadés que nous travaillons dans un commerce pas comme un autre. Les salarié.e.s de BNP Paribas sont compétents et professionnels. Nous avons tous notre rôle à jouer, comme vous l’avez précisé dans la presse, les changements ou transformations ne peuvent se réaliser que grâce à une œuvre collective.

Nous comptons tous sur vous pour l’après épidémie. Comme le disent certains experts, il y a l’avant COVID-19 et il y aura l’après COVID-19.

Nous espérons vraiment que ce long épisode de confinement, fera en sorte que nous retrouvions tous le chemin de la solidarité.

Le 14 avril, le Président de la République a laissé entrevoir une éventuelle sortie de confinement après le 11 mai. Nous espérons que vos équipes anticipent cette situation et capitaliseront sur les enseignements de la première partie de cette crise pour corriger les failles auxquelles nous avons été confrontés et porteront des attentions toutes particulières aux salarié.e.s les plus fragiles.

Nous vous demandons de mettre en place un plan et des moyens suffisants pour garantir une sécurité durable dans le temps pour tous, aussi bien sur le lieu de travail que dans les transports en commun.

Il faudra faire en sorte de dé confiner progressivement les salarié.e.s, avec une attention toute particulière dans les secteurs qui présentent aujourd’hui des cas d’infections plus élevés que d’autres.

Il sera aussi primordial de faire passer le message que pour certain.e.s salarié.e.s ces derniers mois vont laisser des traces indélébiles.

Nous allons être confrontés à de la détresse humaine, certain.e.s d’entre nous ont peut-être été touchés directement ou ont perdu un proche, il est donc primordial que chacun.e.s de nous s’approprie le mot BIENVEILLANCE. Et quand FO Banques BNP Paribas parle de bienveillance, il s’agit de la vraie. Pas celle des communiqués et des remerciements. Celle qui a du sens, celle qui permettra aux salarié.e.s de BNP Paribas de passer cette période de crise avec plus de sérénité.

L’économie de la France, a une importance, mais, pour FO Banques BNP Paribas l’humain est le cœur de l’entreprise.

Nous comptons sur vous, afin de construire ensemble un après COVID 19 qui devra passer par un dialogue social plus à l’écoute des Organisations Syndicales, elles-mêmes représentantes des salarié.e.s de votre entreprise.

FO Banques BNP Paribas espère que cette missive ne restera pas « lettre morte ».