La Lettre des Cadres N°34

Pas encore de commentaires

L’année 2020 aura été particulière à de nombreux égards

L’année 2020 touche à sa fin.

Elle aura été particulière à de nombreux égards.

En effet, la crise sanitaire qui a secoué et continue de secouer la planète, aura fait émerger de nombreux écueils :

La mise en danger des libertés fondamentales a fait son apparition dans la société Française. Sous couvert d’un état d’urgence « sanitaire », des droits acquis de hautes luttes ont été mis à mal. Le simple fait de se déplacer librement, de manifester etc… sont remis en cause.

Le télétravail, nouveau mode de fonctionnement pour beaucoup d’entreprises et demandé à corps et à cris par de nombreux salariés ne semble pas être, en définitive, si fabuleux que cela. Le sentiment d’abandon, les liens sociaux qui se distendent, l’ennui, l’isolement sont autant de conséquences dont nous ne mesurions pas l’importance et les conséquences sur le moyen terme.

Un système hospitalier au bord de la rupture. Il aura fallu attendre la COVID 19 pour qu’enfin nos gouvernants prennent conscience qu’on ne peut gérer un service public de la même façon qu’une entreprise privée. Force Ouvrière était un des rares syndicats à être descendu dans la rue au côté des soignants depuis le début de leurs revendications.

La Sécurité Sociale soufflait sa 75ème bougie le 04 octobre dernier. 75 ans donc, que cette institution, pilier du modèle social à la française existe. Son objet fondamental était de répondre à un souci élémentaire de justice sociale en débarrassant les travailleurs des incertitudes du lendemain. Aujourd’hui, nous sommes à la croisée des chemins et devant un choix de société : continuer la marchandisation de la protection sociale, ou renforcer les valeurs fondatrices de la Sécurité Sociale : égalité d’accès et solidarité.

Des licenciements en veux-tu en voilà. La crise sanitaire a bon dos. Si certaines entreprises n’ont pas d’autres choix que de se séparer de salariés, d’autres profitent de l’aubaine pour « ajuster » leurs effectifs afin de réaliser plus de bénéfices. Dernier exemple en date : Danone ne s’en cache même pas en versant 1,4 milliard aux actionnaires et en licenciant 2.000 employés.

Ces différents points ne sont que quelques exemples des conséquences de la crise sanitaire, mais au combien déjà représentatif de l’état d’esprit qui a prévalu cette année.

Vous l’aurez compris, pour Force Ouvrière l’année 2020 aura été une année de lutte intense pour protéger au mieux les droits et acquis sociaux des salariés.

On nous avait parlé du « Monde d’après », mais ce monde-là sera à reconstruire sur de nouvelles bases. Malheureusement les premiers signaux pour 2021 ne sont pas bons :

– Loi nº 3452 relative à la sécurité globale ; – Décret n°2020-1511 du 2 décembre 2020 mentionnant la possibilité de ficher des personnes en raison de leurs « opinions » politiques, de leurs « convictions » philosophiques ou religieuses et même de leur « appartenance syndicale » ; – Relance de la réforme de la retraite par points ; – etc…

Force Ouvrière, le seul syndicat libre et indépendant restera revendicatif et sera force de propositions pour le bien des salariés.

FO Banques BNP Paribas vous présente ses meilleurs vœux pour l’année 2021.