Indiscrétions

Rémunérations : urgence sociale absolue

 

Par le biais de sa ministre du Travail, le 7 décembre 2018, le gouvernement a appelé les entreprises à faire face à l’« urgence sociale absolue ».

Au-delà de la loi PACTE, de la loi Avenir professionnel en faveur des femmes, il rappelle l’urgence économique qui impose que « tout le monde doit faire quelque chose dans cette dynamique ».

Que se passe-t-il aujourd’hui au niveau des entreprises ?

Le PDG du groupe pétrolier français TOTAL (Les échos 12/12/2018) va verser près de 30 millions d’euros de primes en début d’année prochaine. La direction du groupe pétrolier a annoncé aux organisations syndicales mardi que chacun des 18.000 salariés français toucherait 1.500 euros. cette prime serait versée en février sous forme de supplément à l’intéressement. Cela garantirait, en tout état de cause, qu’elle soit exonérée d’impôt à condition de ne pas être retirée pendant cinq ans.

Economistes, grands patrons, nombreux sont ceux qui plaident en faveur d’une augmentation des salaires car pour l’immense majorité des salariés, les impôts supplémentaires et l’amputation des prestations sociales ont conduit à une baisse du pouvoir d’achat en 2018.

Et pendant ce temps-là, que se passe-t-il chez BNP PARIBAS ?

Notre entreprise a réalisé, au troisième trimestre 2018, un bénéfice net en hausse de +4% / T3 2017 soit 2,12 milliards d’euros.

Environ 1 milliard d’euros d’économies récurrentes cumulées depuis début 2017, par rapport à son objectif de 2,7 milliards d’euros à fin 2020, ont été réalisées par le biais du plan de transformation à horizon 2020.

Le 12 décembre 2018 la Direction a proposé une prime « Macron » de 1.000 euros pour une partie des salariés environ 60% en précisant qu’elle restait dans l’attente de connaître les modalités du dispositif défiscalisé promis par Emmanuel Macron.

Aucune proposition n’a été faite pour les autres salariés !

Aucun engagement n’a été pris sur une augmentation pérenne !

Faites entendre votre voix en nous faisant part de vos remarques !


INDISCRETIONS

N°47

Mais où est donc passé BNP Paribas ?


N°46

Les patrons du Crédit Mutuel taillent à leur tour dans leur rémunération


N°45

Ubérisation des conseillers


N°44

Pourquoi les fermetures d’agences vont s’accélérer en France ?


N°43

Le travail de sape chez BNP Paribas


N°42

Rémunérations – Urgence sociale absolue


N°41

BNP Paribas écope d’une amende de 90 millions USD


N°40

Pourquoi tant d’incivilités dans le secteur bancaire ?


N°39

BNP Paribas utilise la méthode Coué !

 


N°38

Ca grogne à l’AG BNP Paribas !


N°37

Les Entreprises du CAC 40 préfèrent rémunérer les actionnaires
plutôt que d’investir ou mieux payer leurs salariés

 


N°36

Et si la digitalisation n’était qu’un mirage !?


N°35

Une Assemblée Générale sous haute tension


N°34

BNP Paribas La Réunion – Vers une grève illimitée ?


N°33

Les conseils chez BNP Paribas Fortis bientôt payants


 

N°32

BNP Paribas veut développer sa présence en Pologne
Vers un rachat de la filiale polonaisede Raiffeisen


 

N°31

Manipulation des taux de change : BNP Paribas plaide coupable et paie 90 millions USD d’amende


N°30

Insuffisances de contrôle : BNP Paribas conclut un accord (390 000 €) avec l’AMF


N°29

Powerhouse France : Un rachat par la Société Générale et BNP Paribas… dans quel but ?


N°28

Pour les start-ups, en France, c’est compliqué


N°27

Un banquier nommé Watson


N°26

Une réforme du code du travail…En concertation avec les partenaires sociaux !


N°25

Plus d’agressions dans les banques en 2016


N°24

BNP Paribas : 350 millions USD pour viol de la législation américaine


N°23

Le syndicat Force Ouvrière tire la sonnette d’alarme, mardi 7 février : il estime que jusqu’à 30 000 emplois seront menacés d’ici quelques années dans le secteur bancaire en France.


N°22

Prud’hommes: l’ex-dirigeant de BNP voulait 6 millions d’euros, il obtient 360.000