Indiscrétions N°38

Pas encore de commentaires

Ça Grogne à l’AG BNP Paribas ! .

Le revers de la monnaie

L’Assemblée Générale mixte BNP Paribas du 24 mai 2018 a fait, une fois de plus, l’objet de messages incisifs et forts.

La communication des dirigeants (Président, Directeur Général et Directeur Général délégué) était pourtant bien huilée.

Des organisations simplifiées, un climat géopolitique amélioré, des solutions innovantes appliquées, une attention pour la société, un dividende qui a augmenté, une digitalisation à tous les étages de la fusée…

Seulement, à la suite du déroulé de la présentation sont arrivées quelques questions des 1 457 actionnaires présents (10,13 % de poids de vote *).

Un grondement a rapidement couvert la salle. « Oui, mais non » monsieur le Président ! »

Premier sujet de discorde, l’impact sur BNP Paribas du retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien. Réponse brute du Directeur Général : « la banque n’est engagée ni directement, ni indirectement, et n’a pas l’intention d’y aller ».

FO Banques BNP Paribas s’interroge sur cette réponse. La Banque n’est-elle pas en lien étroit avec le groupe PSA (via PSA Finance et BNP Paribas Personal Finance), très fortement impacté ?

Second sujet, le digital à tout va. D’une banque humaine, l’ambition affichée est de la transformer en industrie digitale. L’actionnaire, client BNP Paribas de longue date, demande que la banque ne crée pas une scission entre les jeunes et les seniors. « 10 % des jeunes retraités ne maîtrisent pas le digital ». « N’oubliez pas votre clientèle fidèle, conservez vos agences ! ».

Autre sujet, les 2,5 € mensuels de frais de tenue de compte imposés par la banque. La Direction répond : « un client sur deux ne paie pas ces frais, puisqu’il a opté pour la dématérialisation ». Il n’y aurait donc pas de sujet.

Un sujet de l’association « Les Amis de la Terre » sur le financement de 220 millions € par BNP Paribas en faveur du propriétaire du plus gros parc à charbon d’Europe, l’énergéticien allemand RWE a été évoqué. « Depuis 1945, 300 villages ont été rasés pour laisser place à l’exploitation de mines de lignite (charbon brun) ». La Direction se veut rassurante en annonçant qu’elle gère ce type de client « dans le virage » pour l’accompagner vers des solutions à énergies renouvelables à horizon 2030.

Une dernière intervention d’un actionnaire, client depuis 50 ans, qui a tenu à remercier tous les salariés qui doivent faire face à ce big bang et, pourtant, qui maintiennent une qualité et un professionnalisme, seules raisons de sa fidélité à la Banque.

FO Banques BNP Paribas rappelle quelques sujets non abordés en assemblée :

– Le silence sur le montant global des rémunérations versées aux 10 salariés les mieux payés : plus de 40 millions d’euros !

– Le mécontentement des actionnaires présents lors du vote de la fixation à 200 % du plafonnement de la partie variable de la rémunération des dirigeants et preneurs de risque. Voir notre communication.

– La répartition inéquitable des résultats entre salariés, actionnaires, et investissements à long terme.

Le Président a annoncé : « BNP Paribas est un très, très grand paquebot ». FO Banques BNP Paribas rappelle que pour tous les salariés, malgré le sur-stress et les incertitudes sur leur avenir, notre Banque est avant tout un moyen de s’épanouir. Entendez-les lors de la prochaine Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) !

* : les pouvoirs donnés au Président (délégation de vote) représentaient 49,24%. De quoi orienter un résultat en sa faveur !