Indiscrétions N°33

Les conseils chez BNP Paribas Fortis bientôt payants

Vers un nouveau modèle de services

Dès 2019, des dizaines de milliers de clients de BNP Paribas Fortis devront payer des frais mensuels s’ils veulent toujours obtenir des conseils spécialisés.

BNP Paribas Fortis cible les clients dont l’épargne et les dépôts dans des fonds d’investissement vont de  85 000 à 250 000 €.

Il s’agit du segment appelé par la banque « Priority Banking ». Actuellement, ces clients ont un conseiller personnel gratuit dans l’une des agences, ou à distance via le centre de contact « James ».

450 000 clients seront concernés, ils devront choisir, dès l’automne 2018, entre une offre de base gratuite et un service payant.

Le service payant (Priority Banking Exclusive) devrait coûter 19,90 € par mois.

En plus des services et conseils standards, le client recevra également des conseils en matière d’héritage et de retraite, des services d’investissement plus étendus et quelques privilèges supplémentaires.

Une forme d’assistance de type « conciergerie ».

BNP Paribas Fortis espère qu’à son lancement en 2019, un client « Priority Banking » sur cinq optera pour le modèle payant, ce qui augmenterait les revenus de BNP Paribas Fortis d’environ 21,5 millions € brut par an. D’ici à 2021, la banque espère qu’un client sur deux choisira cette option.

BNP Paribas Fortis avance trois arguments pour expliquer cette évolution :

  1. La plupart de ses concurrents évoluent vers un modèle payant, depuis déjà un certain temps. Pour exemple, Deutsche Bank propose la formule « Personnal » pour un coût de 17 € par mois, à ses clients dont le capital est à minima de 150 000 € ;
  2. La directive européenne sur l’investissement MiFID II oblige la banque à faire signer un questionnaire MiFID à tous ses clients pour les conseils ;
  3. Les revenus des taux d’intérêts bas imposent d’imaginer des sources de revenus alternatives.

 

Comme à son habitude, BNP Paribas Fortis est le laboratoire test. Nous pouvons penser que cette idée traversera la frontière, voire les frontières.

FO Banques BNP Paribas rappelle que les différentes augmentations des frais bancaires ont créé des difficultés dans les agences, dont une augmentation des incivilités dans certains secteurs.

FO Banques BNP Paribas ne peut pas accepter cette recherche des revenus alternatifs qui risque de modifier les conditions de travail au sein des agences.


.