FO BRÈVES – COMMISSION RH CENTRALE N°5

Pas encore de commentaires

Intervention de la Responsable Relations Sociales SA

 

Formation

 

4,75% de la masse salariale a été consacré à la formation en 2018, soit 113.3 millions d’euros.

Le nombre d’heures de formation (tous formats confondus) a progressé. De même, le budget de formation était supérieur en 2018, en pourcentage de la masse salariale, aux budgets de 2016 et 2017.

Il apparaît que cinq formations obligatoires en 2018 ont été dispensées en e-learning, dont trois sur la conformité, une sur le droit à la concurrence et une sensibilisation aux risques psychosociaux, contre trois en 2017.

Nous constatons également que le taux de contrats d’apprentissage et de professionnalisation est supérieur à la cible de l’accord, de 5 %.

Les femmes sont certes moins nombreuses dans les formations diplômantes, mais elles sont plus nombreuses dans les autres. Nous n’en connaissons pas les raisons. Mais nous saurons en prendre note, notamment dans la perspective de l’accord diversité.

Parmi les sujets, nous suivrons le nombre de refus de demandes de formation financées avec le Compte Personnel de Formation (CPF) et sur le temps de travail.

Les formations obligatoires en e-learning, sont néanmoins efficaces pour dispenser une formation obligatoire sur des temps contraints à un grand nombre de collaborateurs.

Nous ne savons pas vous dire s’il est prévu d’intégrer de nouvelles offres de formation, si ce n’est que des parcours diplômants et certifiants porteront sur les aspects projet.

Les conditions de travail

Les indicateurs 2018 n’ont pas révélé d’importants changements.

Les temps partiels représentaient 10,3 % de l’effectif total en 2018, contre 11,2 % de l’effectif AFB en 2017. En outre, l’âge moyen des temps partiels était de 45,8 ans. De plus, 16,8 % des femmes étaient à temps partiel au sein de BNP Paribas SA, contre 18,6 % au sein de l’AFB.

L’indicateur, qui mesure le recours au temps à la carte, est resté stable, avec 77 % d’utilisatrices et une majorité de collaborateurs âgés de 35 à 44 ans et de 55 ans et plus.

L’accord diversité établit un objectif 2019 de 50 dossiers de mécénat de compétences de fin de carrière par an. Nous confirmons à ce sujet que ce dispositif rencontre un succès tel qu’il n’est pas étonnant que certaines demandes soient refusées.

Par ailleurs, la charge de travail est évaluée lors des entretiens d’évaluation. Leur nombre exact ne sera connu que lorsque les résultats de la plateforme digitale « About Me » seront parvenus.

S’agissant des retours de maternité, il est parfois compliqué, voire impossible, de pourvoir à temps partiel certains postes spécifiques. L’accès à des postes à temps partiel est probablement plus aisé au sein de collectifs qui peuvent facilement se répartir la charge.

Les temps partiels de fin de carrière ne sont certes pas nombreux, mais sont appréciés de ceux qui y recourent. Toujours est-il qu’il peut s’avérer difficile pour un collaborateur de programmer son départ un ou deux ans plus tard, compte tenu d’aléas familiaux qui peuvent survenir.

Mutuelle

La cotisation de l’employeur au titre de la mutuelle est restée stable par rapport à 2017. Elle a sensiblement augmenté en 2018 concernant la prévoyance flexible. Les versements de l’Entreprise au titre des contrats PERE ont en revanche très fortement augmenté sous l’effet de la mise en place d’un nouveau régime de retraite supplémentaire.

FO Banques BNP Paribas, partage avec vous ces quelques brèves d’informations dont vous pourrez télécharger les Procès-Verbaux sur le site du CSEC.

FO Banques BNP Paribas, vous donne la parole. Profitez de cette tribune pour nous manifester vos témoignages, vos humeurs et vos demandes d’améliorations. ICI