FO BRÈVES – COMMISSION RH CENTRALE N°3

Pas encore de commentaires

Intervention de la Responsable Relations Sociales SA

 

L’emploi
En 2018, 38 432 collaborateurs BNP Paribas SA faisaient partie des effectifs rémunérés, soit 1,38 % de moins qu’en 2017.L’effectif renseigné regroupe 41 883 collaborateurs, en incluant les absents non rémunérés ainsi que les 1 817 contrats en alternance. Ces derniers étant moins nombreux en 2018 qu’en 2017, mais au-delà des engagements pris par l’Entreprise. Le nombre d’expatriés est également en baisse de -5 % en 2018 par rapport à 2017, soit 523 personnes concernées.L’effectif total correspondant comporte donc 43 365 collaborateurs.

En 2018, la population des techniciens a baissé de -7,8 % par rapport à 2017, inversement à une légère hausse du nombre de cadres, dont le nombre total est de 26.809.

Le nombre de CDD rémunérés était en forte hausse en 2018, avec 1 004 collaborateurs concernés. En intégrant les contrats de professionnalisation et d’apprentissage ainsi que les thèses Cifre, le nombre total de CDD s’est porté à 2 841 en 2018.

Les démissions ont motivé 1 207 départs, soit 23 % du total des départs.
Celles-ci furent plus nombreuses parmi les cadres que parmi les techniciens. En outre, 59% des démissionnaires occupaient un poste de développement commercial. Les démissions ont principalement touché les régions Paris et Ile-de-France et concernaient une population relativement jeune, âgée de moins de 35 ans.
Par ailleurs, les démissionnaires ont été nombreux parmi les recrutements des deux dernières années. S’agissant des démissions, les Pôles et Fonctions ont représenté la moitié des démissions, compte tenu de la taille de ce périmètre.

En adoptant un point de vue pessimiste, il est envisageable de penser que les jeunes recrutés ont été déçus de leur expérience au sein de l’Entreprise. Nous imaginons également que les démissions ont eu des conséquences sur les postes vacants. Ceci étant, il y a quelques jours, M. BONNAFE et Mmes BERARD et BOIS se sont engagés à ce que le nombre de postes vacants soit réduit d’ici à l’été, dans les zones parisiennes et franciliennes.

Enfin, les effectifs de BNP Paribas SA se réduisent effectivement, conformément aux prévisions. Nous ne commenterons pas les réductions d’effectifs passées, à propos desquelles vous avez été informés les années précédentes.

Quant aux départs en retraite, de moins en moins nombreux d’année en année, ils interviennent à un âge moyen de 61,5 ans, contre 61,3 ans au niveau de la branche (AFB).

Le taux d’absentéisme des effectifs rémunérés s’est élevé à 5,72% en 2018, contre 5,53% en 2017. Hors congés maternité, ce taux s’est établi à 7,85%. Au total, le nombre de jours d’absence a atteint le nombre de 1.449.724 en 2018, en progression de +0,9% par rapport à 2017. Cette tendance s’explique principalement par l’augmentation du nombre de jours d’absence maladie (+3,1% pour les absences de moins de deux jours et +3,8% pour celles d’une durée entre trois et cinq jours) et du nombre de jours d’absence pour congé autorisé.

Plus particulièrement, les 776 681 jours d’absence maladie ont concerné 52 704 collaborateurs. Les maladies ont occasionné 53,6% des absences en 2018, contre 53,4% en 2017.
Aussi, le taux d’absentéisme global s’est élevé à 9,44% en 2018.

Les prévisions d’emploi en ETP pour 2019, tenant compte des départs et entrées prévisionnels ainsi que des variations d’effectifs, sont les suivantes :

o BDDF : -900 à -800 ;
o CIB : -150 à -100 ;
o IFS : -100 à -50 ;
o PACE et autres activités : relativement stable ;
o Fonctions Groupe : +150 à +200.

L’effectif prévisionnel à fin 2019 oscillerait ainsi entre 35 760 et 36 035 collaborateurs, soit une diminution de -2 % à -3 %. La baisse des effectifs attendue au niveau du Groupe serait, quant à elle, comprise entre -2,0 % et -2,5 %.

La mobilité
Le « Forum Mobilité » s’est transformé en « Journées de la Mobilité ». Un salon des métiers s’est également tenu en avril 2018, autour de nouveautés liées à l’expérience collaborateurs. Des informations ont été publiées en amont sur Echonet afin que les collaborateurs puissent s’inscrire. De plus, des interventions métiers ont été programmées afin de mieux faire connaître les divers métiers de la banque.

RH Groupe Staffing et Formation France participe avec les gestionnaires individuels et les managers à la rédaction et à la publication des annonces. Des réunions transversales avec les métiers ont ainsi visé à fluidifier la mobilité interne. Des animations ont également été organisées sur certains bassins d’emploi, parisiens certes, comme cela a été le cas pour Cardif, avec un taux de participation satisfaisant.

Avec l’achèvement du déploiement de My Mobility, toutes les candidatures internes transitent désormais par cet outil ergonomique et pratique d’utilisation, sachant que la priorité a été donnée à la mobilité interne.

S’agissant des CDD, M. MARTRENCHAR avait indiqué en février 2019 que des CDD ou des missions avaient pu être affectés sur des postes non pourvus ou ayant vocation à être fermés et qu’il n’était pas possible de proposer des CDI sur ces postes. La forte hausse du nombre de CDD pouvait alors s’expliquer par ce biais.

Enfin, l’objectif reste de faire paraître tous les postes à pourvoir sur My Mobility, bien que la question posée sous-entende qu’ils ne s’y trouvent pas tous. Nous supposons néanmoins que la proportion des postes publiés sur cet outil est proche de 100 %. La plus grande facilité d’utilisation de l’outil vise à permettre aux managers de les poster leurs offres. De plus, le bon fonctionnement des mises en avant de postes devrait réduire les délais de recrutement.

Les rémunérations
La rémunération du personnel et les charges sociales et fiscales, ont augmenté de 34,2 millions d’euros en 2018, soit une hausse de +0,9% par rapport à 2017. En outre, la rémunération moyenne, intéressement et participation compris, de 68 060 euros, était en hausse de +2,1 % en 2018 comparativement à 2017.

La population rémunérée bénéficiaire d’un variable a légèrement baissé et représentait 83,4% du total en 2018, soit 3 053 collaborateurs, contre 84,7% en 2017. Le montant moyen par bénéficiaire a, quant à lui, augmenté de +5%, à 5 256 euros, en 2018, contre 5 003 euros en 2017. Parmi le nombre total de bénéficiaires, 58% étaient des femmes, conformément à leur part dans l’effectif rémunéré.

Sur le sujet de l’égalité salariale, les rattrapages de congé maternité ne concernent pas, à notre connaissance, les congés parentaux. Il nous paraîtrait de plus anormal que les salariées revenues de congés maternité en 2019 n’aient pas bénéficié des mesures auxquelles elles avaient droit. Nous vérifierons donc ces deux points.

Vous aviez également dénoncé un plafond de verre en matière de classifications. Or, la proportion de femmes était de 59,1% dans la catégorie H et avait augmenté en 2018 dans la catégorie I (49,9%, contre 48,4% en 2017) et les suivantes (44,8% en catégorie J, contre 43,9% en 2017). A noter que ces proportions n’ont fait qu’augmenter depuis trois ans.

FO Banques BNP Paribas, partage avec vous ces quelques brèves d’informations dont vous pourrez télécharger les Procès-Verbaux sur le site du CSEC.

FO Banques BNP Paribas, vous donne la parole. Profitez de cette tribune pour nous manifester vos témoignages, vos humeurs et vos demandes d’améliorations. ICI