FO Banques BNP Paribas vous informe

Pas encore de commentaires

La paternité et l’égalité professionnelle

 

Elever un enfant constitue encore un frein à la carrière des femmes. Le choix de celui qui s’arrête ou se met en temps partiel pour les enfants est motivé par des raisons économiques. Aujourd’hui, en France, dans 70% des foyers, l’homme gagne plus que sa compagne. Or, nous constatons que dans les entreprises, il est difficile d’obtenir des postes à responsabilité sur du temps partiel et ce sont les postes les plus rémunérateurs, ce qui produit un cercle vicieux.

En France, le congé paternité dure seulement onze jours. Il est indemnisé de la même façon que le congé maternité mais il revêt un caractère facultatif. Le congé paternité n’existe que depuis 2002, mais il connaît un réel succès. De plus en plus de père ressentent le désir d’être un parent à part entière.

Selon diverses études, ce congé produit de nombreux effets positifs. La présence du père dans les premiers jours de la vie de l’enfant accroît significativement la sécurité sanitaire de la mère et de l’enfant. Il permet en outre une construction durable et plus intense du lien père-enfant qui est marqué jusqu’à l’adolescence. Ce rapprochement est à la fois bénéfique pour l’équilibre de l’enfant et permet également au père de développer des qualités relationnelles et de soins chez les pères.

L’INED a mesuré qu’en France, l’implication des pères au travers du congé paternité procure un effet positif sur le partage des tâches familiales. Lorsque les enfants bénéficient des modèles parentaux avec les deux parents qui participent aux tâches domestiques et familiales cela permet de gommer les effets des stéréotypes. Il est probable, qu’en cassant ainsi la division sexuée du travail, les employeurs feront plus confiance aux femmes qu’aujourd’hui.

Cela pourra donc offrir aux femmes des perspectives de carrières plus diversifiées tout en leur facilitant l’accès aux postes à responsabilité. Ainsi, les femmes et les hommes seront sur un pied d’égalité à l’embauche, les femmes n’auraient plus à souffrir du sur-stress lié à une charge mentale privée et professionnelle trop lourde et enfin gommer les différences de rémunération.

Chez FO Banques BNP Paribas, nous demandons un congé paternité de minimum 4 semaines obligatoires avec un maintien du salaire pendant toute sa durée.