Flash InFOs BDDF Opérations

Pas encore de commentaires

QUAND TRANSFORMATIONS RIMENT AUSSI  AVEC DESTRUCTIONS D’EMPLOIS

Depuis le début de l’année, force est de constater que les projets de restructurations et de transformations s’enchaînent les uns après les autres chez BDFF Opérations.

Et ce, bien trop souvent au détriment des conditions de travail déjà difficiles que connaissent les salariés au sein des Apacs et des Gpacs.

Nous citerons « Fluxture » et ses conséquences sur l’emploi au sein de BDDF Opérations : des Apacs parisiennes et de province tout bonnement fermées avec de nombreux collègues à reclasser.

Des projets qui, sans condamner définitivement certaines Apacs provinciales et d’Ile-de-France à la fermeture, conduisent leurs équipes à effectuer des tâches sans grande valeur ajoutée.

Nous citerons le traitement des visas de signatures en exemple…

D’autres projets enfin, qui afin de réduire les coûts de production, vont mettre dans la difficulté, plus de 160 collègues du Gpac Bordeaux  en raison du regroupement des équipes sur le site de Mérignac étant donné son éloignement.

Quels avantages pour nos collègues ? Des locaux modernes et fonctionnels certes,

mais ceux de Ravezies (Apac Flux) et de Bacalan (Agence crédit) ne tombaient pas en ruines, d’après ce que nous avons pu constater !

Ils étaient accessibles et proches d’une grande gare. Alors, oui, l’avantage existe, mais il est en faveur de l’entreprise.

Des économies de coût : c’est sûr ! Elles s’élèvent à  plus de 500 000 € par an.

Toutefois, ça ne va pas profiter à nos collègues, loin s’en faut, car le variable sera toujours le même, ainsi que la fréquence de révisions.

Pour rappel : dans le périmètre de BDDF OPERATIONS, il faut attendre 49 mois entre deux révisions de situation.

Le minimum de la part variable s’élève à 350 € pour 2018 et seuls 74 % de nos collègues en ont bénéficié en 2017.

Que dire du projet des Financements des Entreprises et des Particuliers qui touchera (le parcours social est en cours) environ1 200 personnes.

Avec la disparition de l’agence Crédit Paris située à Nanterre, ce sont 52 emplois qui disparaissent, alors que plus de 20 salariés ont travaillé samedi dernier en heures supplémentaires ! Où est la logique ?

Concernant le rapatriement des équipes de l’Apac Change et Devises de Roubaix à la Madeleine (Commune de Lille), là encore, c’est le quotidien d’un grand nombre de nos collègues nordistes qui va être bouleversé avec des temps de transport qui s’allongent. Que vont-ils gagner en plus, si ce n’est de la fatigue et du stress pour se rendre dans leurs nouveaux locaux ?

Pour vos représentants FO Banques BNP Paribas qui vous côtoient régulièrement, nous affirmons que trop souvent, la maitrise des coûts, la réduction des charges sociales orchestrées par la Direction, se font au détriment des conditions de travail.

L’industrialisation des tâches, la parcellisation des traitements, le manque d’effectifs et l’appel à la sous-traitance compliquent, perturbent votre quotidien, et rendent tout simplement le travail moins attrayant..

Nous affirmons également que 2020, c’est demain. À peine trois petites années !

L’Intelligence Artificielle va, dans notre secteur, détruire des emplois et certaines perspectives d’évolution de carrières vont se raréfier.

Nous devons, dès à présent, vous avertir que de nombreux bouleversements sont encore à attendre de la part de nos décideurs.

N’hésitez pas à nous contacter !

Vos représentants FO Banques BNP Paribas se tiennent à votre disposition.

Donnez-nous, par votre adhésion, le contre-pouvoir nécessaire afin que les transformations structurelles auxquelles nous assistons actuellement ainsi que les projets à venir, puissent être améliorés et surtout ne détruisent pas davantage les emplois dans notre périmètre.

Il faut que dans dix ans, BDDF Opérations et ses équipes soient toujours présents.