Données Sociales Région Grand Ouest

Pas encore de commentaires

Quelques données sociales en Région Grand Ouest

FO Banques BNP Paribas vous communique quelques éléments sur un ensemble présenté lors du CSEE, qui ont fait l’objet quelques semaines plus tard d’une consultation concernant la politique sociale, les conditions de travail et l’emploi (dit le bloc 3) car depuis les ordonnances Macron « le Bilan Social » bien connu auparavant n’existe plus.



Les rémunérations sont classées par ordre croissant (par niveau de classification et par genre) et réparties par tranches de 10 % :
– Le 1er décile donne la rémunération située juste au-dessus de la 1ertranche de 10 % (90 % des salariés ont gagné au moins cette rémunération)
– La médiane donne la rémunération située juste au-dessus de la 5èmetranche de 10 % (50 % des salariés ont gagné au moins cette rémunération)
– Le 9èmedécile donne la rémunération située au-dessus de la 9èmetranche de 10 % (10 % des salariés ont gagné au moins cette rémunération)

Le nombre de salariés dans la Région Grand Ouest est de 1565.10 ETP se répartissant entre : 953.3 femmes et 611,8 hommes.
Ci-après, 2 tableaux donnant le nombre de salariés ayant obtenu une augmentation et/ou une promotion au courant de l’année :

Nous souhaitons faire un focus sur les congés paternité. Les salariés en congé de paternité ne sont pas rémunérés par l’employeur mais par la Sécurité Sociale (article L. 331-8 du Code de la sécurité sociale).


Au 30/12/2019, le montant du plafond de la Sécurité Sociale pour l’année 2020 est de :
• Plafond annuel : 41 136 €
• Plafond mensuel (PMSS) : 3 428 €
• Plafond journalier : 89 €

Le père, le conjoint salarié de la mère de l’enfant ou la personne vivant maritalement avec elle ou liée avec elle par un PACS peut bénéficier de ce congé :
• de 11 jours calendaires consécutifs pour une naissance simple ;
• de 18 jours en cas de naissances multiples.
Le salarié peut choisir de réduire la durée du congé mais celui-ci ne sera pas fractionnable. Le congé de paternité et d’accueil peut se cumuler avec le congé de naissance de 3 jours.
Il doit être pris après la naissance de l’enfant, dans un délai de 4 mois suivant celle-ci. Ce délai peut néanmoins être reporté dans certaines situations très particulières, comme l’hospitalisation de l’enfant.
Par rapport à d’autres périmètres BNPP SA, le principe des jours de congé Paternité est bien appréhendé par les salariés.
Ci-dessous, pour information, le BUDGET DU COMITE SOCIAL ECONOMIQUE D’ETABLISSEMENT 2019 en comparaison avec 2018 :

Après la phase de présentation des données sociales, les élus du CSEE se sont prononcés sur ces éléments de gestion sociale. Ci-après, l’avis de FO Banques BNP Paribas :

CONSULTATION SUR LA POLITIQUE SOCIALE, LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET L’EMPLOI.

Les années se suivent avec son lot de réformes, de restructurations en tout genre et la politique sociale est le reflet fidèle des aspirations de la Banque ; faire plus de business avec moins de salariés : 1565.10 ETP en 2019 contre 1675.70 ETP en 2018.

Cette baisse régulière des effectifs ajoutée aux fermetures d’agences, aux créations de HUB, de DUO n’amènent pas une sérénité dans le travail quotidien des équipes.

La formation est le levier d’une politique socialement responsable pour une entreprise, car elle se doit de garder l’employabilité de ses salariés. Mais comment expliquer la baisse du nombre d’heures de formation moins 4 % par rapport à 2018. Dans le secteur bancaire, la digitalisation, la numérisation demandent une adaptation de tous les moments. Pour être toujours à niveau, le salarié se voit dans l’obligation d’effectuer de plus en plus d’e-learning et de répondre également aux cahiers des charges de son métier. La formation à distance représente maintenant 56 % des heures de formation contre 38 % en 2018.

Malgré les efforts de la Banque pour pallier les inégalités salariales Femmes/Hommes, FO Banques BNP Paribas remarque, à l’appui du tableau 213 C sur les rémunérations variables, qu’il reste encore quelques années de travail pour arriver à un peu plus d’égalité. De même, en moyenne ou en salaire médian, la rémunération des femmes est globalement inférieure.

En conclusion, comme exprimé en début d’avis, toutes les réformes, les restructurations s’enchainent trop rapidement, les salariés n’ont plus le sentiment d’être reconnus pour leur engagement dans le développement de l’entreprise. Les conditions de travail se détériorent pour preuve les indicateurs d’absentéisme le (taux d’absentéisme hors congé maternité et paternité passe de 6,38 à 7 %).

Pour les motifs évoqués, FO Banques BNP Paribas donne un avis défavorable.