Ce qui change au 1er janvier 2018

Pas encore de commentaires
  • Le Smic revalorisé

Un salarié au Smic touchera 20 euros de plus par mois dès janvier grâce à la revalorisation mécanique du salaire minimum et à l’exonération des cotisations chômage et maladie.

  • Tous les salaires nets augmentés

La baisse de 2,4 points des cotisations chômage et de 0,75% des cotisations maladie, à partir de janvier va profiter à tous les salariés. Quel que soit leur niveau de salaire, leur rémunération nette va mécaniquement augmenter. Cette hausse sera légèrement amoindrie par l’augmentation de la CSG, qui, elle, est acquittée par tous les contribuables, de 7,5% à 9,2%.

  • Le bulletin de paie simplifié généralisé

La fiche de paie synthétique, déjà adoptée par les entreprises de plus de 300 salariés début 2017, doit être généralisée. Pour rappel, elle regroupe les cotisations par thème (santé, retraite, chômage) et mentionne les allègements de cotisations financés par l’État.

  • Un taux unique pour taxer le capital

Finies les taxations spécifiques en fonction de la nature des placements. Le prélèvement forfaitaire unique de 30% s’applique désormais à l’ensemble des revenus mobiliers, à l’exception du Livret A, du PEA (épargne en actions) et des contrats d’assurance-vie de moins de 150.000 euros et gardés plus de huit ans. Les plans épargne-logement (PEL) ouverts à partir de janvier y seront donc soumis.

  • Le chèque énergie remplace les tarifs sociaux

Le chèque énergie, doté en moyenne de 150 euros, va être distribué à 4 millions de ménages précaires et remplacer les tarifs sociaux du gaz et de l’électricité. Ils pourront l’utiliser pendant un an pour payer leurs factures d’énergie, quelle que soit sa source (fioul, GPL et bois compris), c’est la nouveauté, des travaux de rénovations énergétiques de leur logement.

  • Le forfait hospitalier augmente

Le forfait hospitalier augmente de 2 euros pour atteindre 20 euros par jour. Pour ceux qui ont une mutuelle, la hausse sera prise en charge par la complémentaire santé.

  • Hausse des taxes sur le carburant

Conformément à la volonté du gouvernement d’aligner la fiscalité du gazole sur celle de l’essence, les prix aux stations-service vont augmenter de 7,6 centimes le litre de carburant pour motorisation diesel et de 3,84 centimes pour le sans-plomb.

  • Des primes pour changer de voiture

Les automobilistes qui revendent une auto essence d’avant 1997 ou diesel d’avant 2006 toucheront une prime de 1000 à 2000 euros. S’ils rachètent un véhicule électrique, cette incitation s’élèvera même à 2500 euros.

  • Des « pénalités » qui varient d’une ville à l’autre remplacent les PV

Les traditionnels PV de stationnement disparaissent au profit du « forfait post-stationnement » dont le montant sera désormais librement fixé par les municipalités. Paris, par exemple, devrait réclamer jusqu’à 100 euros par jour aux mal-garés.

  • Gaz et électricité: le propriétaire devra mieux informer son locataire

Les propriétaires doivent fournir à leurs locataires, avant toute signature de bail, deux diagnostics sur l’état des installations électriques et de gaz. Si des anomalies dangereuses sont constatées, ils devront réaliser les travaux avant de louer

  • Les chiffres du chômage ne tomberont plus que quatre fois par an

À partir du 1er janvier, l’office statistique du ministère du travail ne publiera plus les variations mensuelles du nombre d’inscrits à Pôle emploi. Ces chiffres resteront disponibles sur le site du ministère, mais ils ne feront désormais l’objet d’un communiqué que tous les trimestres.