BDDF2020 – Pilotage du réseau – Pourquoi un refus d’avis ?

Pas encore de commentaires

Le programme « Pilotage du Réseau » a été présenté au CCE par la Direction le 22 juin 2017.

FO Banques BNPP a alors demandé l’intervention de l’ITNC-HSCT (Instance Technique Nationale de Coordination des CHSCT) pour décider le recours à un expert.

Cette instance s’est réunie le 3 juillet 2017 afin d’analyser le contenu du projet et a décidé, lors d’une seconde réunion le 10 juillet 2017, de voter favorablement le recours à une mesure d’expertise unique.

FO Banques BNPP a fait part de ses attentes.

Le rapport de l’expert a été remis aux Organisations Syndicales le 12 septembre, pour consultation et demande d’avis le 13 septembre ! FO Banques BNPP n’a pas pris part au vote, considérant que les informations consignées dans le rapport d’expertise étaient insuffisantes et qu’un avis ne pouvait être objectivement donné.

La Direction a décidé de réunir une commission exceptionnelle du CCE le 19 septembre 2017, afin de recueillir une position en séance plénière le 21 septembre 2017.

Pourquoi un refus d’avis de FO Banques BNPP ?

FO Banques BNPP a tenu à rappeler le contexte dans lequel le cabinet d’expertise a du réaliser son rapport. En dix jours, il a dû couvrir plusieurs régions (Nord-Est, Paris et Sud-Ouest), en incluant certains impacts collatéraux (entretiens avec des Directeurs d’Agence)…

FO Banques BNPP a questionné la Direction sur le « changement culturel » évoqué avec, comme point de référence une banque coopérative(Crédit Mutuel), connu pour son modèle de type « mini-PME », basé sur la pression financière, plus attentif aux résultats qu’aux moyens, un bouleversement que le top management veut minimiser (non pas financièrement mais humainement) en terme de conduite du changement, alors que l’impact est important !

La mutation vers plus de nomadisme, à l’image des banquiers volants testés chez BNPP Fortis, ainsi que le travail à distance (pouvant générer des dérives technocratiques), devront être validés par les Organisations Syndicales.

FO Banques BNPP a demandé une réelle visibilité sur le plan de transformation, sur les connexions entre les 21 programmes, dont ceux relatifs au « renouveau », comme les modèles cibles BDDF Opérations (évolution vers un modèle de middle-office robotisé), l’évolution du Réseau, la refonte du Système d’Information et les Centres de Service Clients omnicanaux. Nous avons fait part de nombreux retours de salariés, perdant la logique de compréhension du modèle organisationnel à venir.

FO Banques BNPP a demandé à la Direction de faire l’autocritique de l’expérience des deux saisons de Préférence Client, pour afficher son changement culturel et éviter les frustrations.

 

FO Banques BNPP considère que le calendrier annoncé n’est pas réaliste et ne laisse pas le temps d’analyser  via un groupe de travail le retour du pilote de la future région Est.

FO Banques BNPP a rappelé l’importance des CHS-CT locaux qui ne seraient que simplement informés alors qu’ils doivent être de réels acteurs, et émettre des alertes, y compris avant la phase d’exécution.

FO Banques BNPP a fait part de son inquiétude sur le choix des Directeurs de Territoire, sur la redistribution objective entre des salariés internes ou en faisant appel à des candidats externes.

FO Banques BNPP a demandé plus de précisions sur le turnover, son calcul (dont la moitié serait basée sur des départs en retraite) et sur la gestion des départs (missions, etc.).

FO Banques BNPP a demandé et obtenu l’ouverture d’un chantier sur la révision du variable, y compris au plan des indicateurs de référence.

FO Banques BNPP a demandé une réelle prise en compte des spécificités culturelles régionales. Le modèle urbain (de la zone Paris / Ile de France) ne peut être une norme !

FO Banques BNPP a rappelé l’importance de la mise en place d’un plan de prévention des Risques PsychoSociaux (risque d’usure des salariés liés aux changements permanents).

FO Banques BNPP a fait part de réelles inquiétudes sur la bonne mesure de la maîtrise du risque. La suppression progressive de l’acteur-clé (le Décideur Commercial Risques) et la délégation de pouvoirs auprès des Directeurs d’Agence (impact sur l’autonomie décisionnelle), devront être suivis dans le cadre d’un chantier spécifique.

FO Banques BNPP a alerté sur la désynchronisation entre la réorganisation du commerce et une filière administrative qui doit conserver son rôle de renfort, de support autant que de contrôle.

FO Banques BNPP a rappelé que les conditions financières historiques liées à la mobilité géographique, décidées par la Direction, devaient être réinstaurées.

FO Banques BNPP a insisté sur l’importance de revoir les classifications, non seulement en fonction des nouveaux champs de responsabilité, mais également en traitant les multiples cas d’inégalités.

FO Banques BNPP n’a cessé de sensibiliser la Direction sur l’importance que doit tenir l’employabilité de chaque salarié(e) dans le Projet, à la fois en terme de formation (diplômante), que dans la capacité du Groupe BNP Paribas à permettre les évolutions vers l’ensemble des entités et des métiers.

Bien que certaines initiatives portées par le plan de transformation soient positives (suppression de la rigueur administrative et des strates hiérarchiques, par exemple), FO Banques BNPP estime manquer de vision globale, tant sur la cible visée pour l’avenir de notre retail et de nos salariés, que sur le cadencement et sur l’interconnexion des multiples travaux en parallèle d’une activité au quotidien qui doit être assurée.

FO Banques BNPP refusera d’être mis dans une position de conciliation aux dépens d’un présent
et d’un futur pour notre Richesse Humaine interne !