BDDF 2020 – Programme Pilotage du Réseau

Premier bilan de : Test & Learn

 

En amont du déploiement du programme, la Direction a lancé des tests (« Test & Learn ») au sein de quelques groupes d’agences dans les Directions Régionales pour analyser l’impact et la justesse des changements.

Durant environ deux mois, des salariés du réseau ont été sollicités, sur la base du volontariat, pour se mettre en situation, recueillir leur avis et prévoir les réajustements nécessaires. 5 activités ont été ciblées :

Pouvoirs hors engagement

Il s’agit d’extension des pouvoirs autour d’autorisations d’opérations, sur des délégations tarifaires, sur les pratiques dérogatoires sur l’immobilier et sur les accords Joker. Les extensions de pouvoirs sont arrivées des équipes de simplification et d’innovation sur l’outil interne Jump entre autres, sur les irritants. La population ciblée a été les DIA et les Conseillers Spécialisés pour le Retail, les assistants, les conseillers, les responsables d’équipes et de centre pour la Banque Privée France. 35 mesures de simplification du quotidien ont été testées.

Pilotage à distance des Chargés de Renfort Groupe (CRG)

L’un des enjeux est le passage d’un pilotage d’ultra proximité vers une activité pilotée par la région.

L’objectif est de créer un outil de workflow qui permette aux agences d’exprimer un besoin pour réaliser une mission.

Un nouvel outil national, interne, sera déployé d’ici fin juin 2018. Il prévoira une zone restreinte du CRG. Chaque CRG, en fonction de ses compétences, sera rattaché à un nombre défini d’agences.

Pilotage à distance de l’économat

A l’issue des premiers tests, l’organisation cible pressentie serait une décentralisation totale pour responsabiliser les agences. Les DIA ou les conseillers habilités passeraient leur commande directement dans un nouvel outil interne.

L’option retenue serait un pouvoir de 250 euros HT par commande (soit 80% des demandes), sans besoin d’autorisation.

Pilotage à distance d’une partie de la ligne Gestion et RH

Dans l’organisation cible, la Direction des Ressources va piloter des salariés qui ne sont pas en proximité.

Par ailleurs, un Pôle Assistance au Commerce (PASC) ou un Gestionnaire Individuel (GI) pourra se trouver en proximité d’un territoire avec lequel il ne travaille pas.

La région étant garante de la charge de travail, des tests ont été menés pour évaluer ce changement.

Un nouvel outil national interne « EASY BOX » sera déployé fin avril 2018.

Cet outil gèrera les ordres. Il deviendra un « garde-fou » pour minimiser tout sujet de désaccord entre les managers de territoire.

Un « comité de mouvement et gestion individuelle du quotidien » sera mis en place.

Sur ce thème, les tests continuent car les premiers enseignements nécessitent de revoir l’organisation.

Par exemple, pour faciliter l’activité du GI, il faudrait que les portefeuilles de GI soient par bassin d’emploi. Un GI, dont la hiérarchie est la région et non plus le Directeur de Groupe. Il faut privilégier la décision collégiale, le consensus. A ce titre, il est prévu d’écrire un processus d’escalade car le GI doit rester la « pierre angulaire ».

Au final, la Direction rappelle qu’il n’est pas prévu un déploiement des « test & learn ». Ils sont incluent dans le développement global du projet. Le processus de déploiement commencera le 23 avril 2018 par la formation.

La note sur les pouvoirs d’engagement, effectifs à compter du 23 avril 2018, a été envoyée le 5 avril 2018 :

  • aux Directeurs de Réseau et aux Responsables RISK Régionaux pour la partie Retail.
  • aux Directeurs Régionaux Banque Privée, au Directeur de Gestion de Fortune et aux Responsables RISK Régionaux pour la partie Banque Privée France et Gestion de Fortune.
  • aux Directeurs de Réseau, aux Responsables du coverage et aux Responsables RISK Régionaux pour la partie Corporate.

 

L’avis de FO Banques BNP Paribas

 Malgré les messages se voulant rassurants de la Direction, force est de constater que le cycle des tests est loin d’être achevé. La charge de travail des salariés sollicités est loin d’être terminée.
L’impact des autres projets majeurs (hub d’agences et centres de service) n’a été ni évalué, ni intégré dans l’approche cible.
Au final, les initiatives présentées sont le reflet d’une réelle déshumanisation de l’activité bancaire.
La prochaine présentation de l’état d’avancement du programme de transformation sera faite en Comité Central d’Entreprise en juin 2018.