Communiqué FO Banques et Sociétés Financières

Suite aux annonces faites sur le secteur bancaire, « FO Banques et Sociétés Financières » saisit le Président de la République et refuse le sacrifice des salariés des banques ! Pour FO Banques, il est hors de question de liquider une profession sur l’autel des bénéfices et des ratios, comme semble le vouloir notre Président de la République. En effet, lors de son intervention télévisée du 15 octobre dernier sur TF1, le Président prenait pour exemple la banque et les guichetiers pour évoquer l’arrivée du numérique et du digital provoquant pour lui, la disparition inéluctable de certains métiers. Il est allé jusqu’à dire que pour ces salariés dont les métiers disparaîtraient, il y aurait des solutions de reclassement notamment dans le service à la personne.

Nous ne partageons pas cette analyse car :

les guichetiers ont déjà disparu dans quasiment toutes les agences pour laisser place à des conseillers d’accueil, ceux-ci accomplissant des tâches de conseil et d’accueil ;

  • les suppressions d’emplois à venir ne sont pas justifiées, si ce n’est par la recherche supplémentaire de milliards d’euros de bénéfices. C’est cela que le gouvernement doit combattre et non encourager ;
  • si une infime partie des salariés des banques pourrait éventuellement accepter de se reconvertir vers le service à la personne, cela n’est pas le cas de tous ;
  • s’ils ont, pour bon nombre, une formation bac + 2 ou + 3 dans la vente ou la finance, c’est qu’ils l’ont souhaitée et ce n’est pas sur l’aide à la personne qu’ils ont porté leur choix !
  • les métiers de la finance ne sont pas ceux de l’aide à la personne et il est réducteur, voire caricatural, de dire que les salariés de nos professions devraient s’y reconvertir.

FO Banques et Sociétés Financières revendique donc :

 

  • que l’Etat ne laisse pas disparaître des emplois pour accroître une rentabilité déjà élevée des banques en France ;
  • que l’Etat prenne conscience du rôle indispensable et nécessaire joué par les agences bancaires dans le financement de l’économie locale ;
  • que l’Etat cesse d’accorder des aides sans contreparties réelles à des entreprises qui font des milliards d’euros de bénéfices et suppriment des milliers d’emplois ;
  • que tous les moyens soient mis en oeuvre pour maintenir ou retrouver un emploi à des salariés qui aujourd’hui souffrent au travail, mais permettent à leur entreprise de faire des milliards de bénéfices ;
  • les solutions en cas de baisse des emplois pourraient être le recours aux préretraites comme en Espagne, en Italie ou en Grèce ;
  • que des formations de longue durée sur les nouvelles technologies et leurs nouveaux métiers soient mises en place ;
  • que des mesures de réduction du temps de travail type De Robien soient négociées afin de maintenir l’emploi en le partageant.

De nombreuses solutions existent mais pour cela, il faut d’abord éviter les suppressions d’emploi massives injustifiées, puis se donner les moyens de trouver la solution afin que les salariés ne payent pas la note. Oui, la banque va fortement évoluer vers de nouveaux canaux de distribution et de nouveaux modes organisationnels mais ces derniers doivent être mis à disposition des salariés et des clients pour améliorer le service et les conditions de travail des salariés de nos professions.

FO Banques ne laissera pas sacrifier les salariés des banques pour quelques milliards d’euros de bénéfices en plus !

Les salariés des banques ne souhaitent pas être reconvertis de force vers les métiers du service à la personne. Les salariés des banques veulent garder leurs métiers de conseillers financiers, ce que souhaitent d’ailleurs conserver tous les clients des banques.

Pour plus d’informations vous trouverez, ci-joint, le courrier adressé au Président de la République.

Pour plus d’éléments vous pouvez contacter :

Sébastien BUSIRIS

Responsable FO Banques et Sociétés Financières