Vos Élus au CE – Pôles et Fonctions

Pas encore de commentaires

Séance Plénière Exceptionnelle

 

Le 12 décembre, lors du groupe de travail entre les Organisations Syndicales Représentatives et la Direction, FO Banques BNP Paribas a fait part des mécontentements, des attentes et des revendications des salariés.

Face à ce mouvement national, la Direction n’a pas pris les mesures sociales à la hauteur des enjeux.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

A l’annonce du montant de 1.000 euros et de la contrainte du plafond de rémunération brute de 45.000 euros pour l’obtention de la prime exceptionnelle, les salariés issus de tous les périmètres nous ont immédiatement transmis leurs réactions dont nous vous en faisons une synthèse :

  • « Où est passée l’équité que prône la Direction de l’Engagement ? »
  • « En coupant une partie des salariés de cette prime, la Direction a-t-elle mesuré l’impact au sein des équipes, sur l’ambiance et le respect de chacun d’entre eux ? C’est inacceptable et frustrant ! »
  • « Comment la Direction pourra justifier le non versement pour celui ou celle dont le salaire est de 45.001 euros ? »
  • « L’inflation vient diminuer notre pouvoir d’achat. Se satisfaire d’une prime ponctuelle ne viendra pas renfoncer notre capacité financière sur le long-terme dans un monde où la vie devient de plus en plus chère. »
  • « Vu le manque d’effectifs flagrant dans de nombreux services, chacun d’entre nous se retrouve à devoir dépasser en continu les objectifs fixés. Il faut demander une augmentation générale pérenne remarquable pour tous en plus d’une prime exceptionnelle qui pourrait être plus importante et qui viendrait récompenser nos efforts. »
  • « BNP Paribas est une entreprise leader du CAC40. Pourquoi n’ose-t-elle pas suivre, par exemple, la trace faite par Total et par le Crédit Mutuel-CIC ? »
  • « Avec cette annonce, notre groupe BNP Paribas n’a-t-il pas simplement surfé strictement sur les demandes et les avantages de défiscalisation offerts par le gouvernement français ? »
  • « Atténuer la gronde par un geste de court-terme ne pourra pas cacher nos attentes d’arrêt de ces changements incessants d’organisations qui viennent impacter directement nos conditions de travail, notre santé, notre qualité de vie, nos changements de lieux géographiques, sans parler de notre capacité à nous adapter en permanence à de nouvelles structures voire à de nouveaux métiers sans réelle formation ! »
  • « Si notre entreprise veut marquer l’instant par des gestes forts, pourquoi ne met-elle pas en place la subrogation en cas d’arrêt maladie ? »

La liste ne s’arrête pas là. FO Banques BNP Paribas ne peut accepter, au nom de tous les salariés, les propositions avancées par la Direction. Nous attendons de réels actes forts. Dans l’attente de réponses, nous quitterons cette séance par solidarité envers nos collègues, après avoir entendu les autres déclarations.